close

Le cuivre, outil essentiel de la viticulture

Le sulfate de cuivre s’apparente désormais comme étant un outil essentiel de l’agriculture biologique, notamment pour la viticulture. Il faut savoir que le cuivre est le seul produit efficace homologué dans la lutte biologique contre le mildiou et la nécrose bactérienne. Il devient indispensable pour les vignerons en lutte biologique.

Utilisation du cuivre en viticulture

La viticulture est une activité agricole qui consiste à cultiver la vigne afin de produire du raisin. Les produits France Tractor sont d’ailleurs destinés à l’agriculture, au maraichage et à la viticulture. France Tractor est l’un des plus grands fournisseurs de matériels destinés à l’agriculture biologique. Actuellement, la viticulture n’a pas de solution de rechange pour protéger ses vignes et c’est ainsi que le cuivre est présenté tel un outil essentiel de l’agriculture biologique. L’utilisation du sulfate de cuivre permettra de lutter contre le mildiou qui est un champignon favorisé par l’humidité et qui ravage les grappes.

A lire également : Ménopause : 5 solutions naturelles pour réduire ses symptômes

Pour l’utiliser, le sulfate de cuivre doit être mélangé à de la chaux afin de réduire son impact sur la plante et confectionner la fameuse « bouillie bordelaise ». Cette bouillie est également pulvérisée pour lutter contre le mildiou sur les pommes de terre, ainsi que les tomates.

Jacques Carroget, secrétaire national de la FNAB (fédération des acteurs biologiques) et viticulteur en Pays-de-la-Loire explique d’ailleurs que les arboriculteurs utilisent le cuivre contre la tavelure, qui est un autre champignon qui se développe sur les pommiers.

A découvrir également : Quels sont les principaux critères de choix d’un bon logement étudiant ?

Quels risques avec le cuivre ?

Les risques au fait d’utiliser le cuivre dans le domaine de la viticulture concernent principalement deux points : la santé et l’environnement. D’ailleurs, c’est bien le problème environnemental qui est surtout pointé du doigt d’après Étienne Gangneron, agriculteur bio et vice-président de la FNSEA.

À travers sa déclaration, on comprend surtout qu’il est soucieux du risque de stérilisation sur les sols. Ce qui peut d’ailleurs être un véritable problème pour les vignes qui ont dû cumuler de longues années de cuivre. Si l’utilisation du sulfate de cuivre semble actuellement être indispensable si l’on veut lutter contre le mildiou, il n’en reste pas moins qu’il est toujours possible de limiter les doses. D’ailleurs, Jacques Carroget affirme qu’ils ont trouvé des alternatives avec la phytothérapie, l’aromathérapie, ou encore le biocontrôle. Il s’agit là de produits qui utilisent des mécanismes naturels.

France Tractor se charge de vous refiler les équipements nécessaires pour votre agriculture bio.